Du vendredi 14 au samedi 15 septembre 2018
JOURNEES EUROPEENNES DU PATRIMOINE 2018 – VOYAGE EN BELGIQUE
En partenariat avec le CAUE de l’Oise
La Maison de l’architecture des Hauts-de-France vous propose de découvrir quelques réalisations architecturales et paysagères situées en Belgique (Gand, Courtai et Mons), celles réalisées par Juliaan Lampens, Edouardo Souto de Moura, Pierre Hebbelinck, Bernardo Secchi et Paola Vigano, Leon Stijnen et Paul de Meyer, Stéphane Beel et Lieven Achtergael, W.J. Neutelings et M. Riedijk, Roebbrecht et Daem…
départ : Amiens (06h45) le vendredi 14/09/18 et retour Amiens (21h00) le samedi 15/09/18
Réservation (avant le 28/08/18) au T. 03 22 91 62 04 ou au T. 03 44 82 14 14. 
Tarifs : 330€ (réduit pour les adhérents CAUE/MA HdF: 280€) – Voyage en car limité à 35 personnes - le prix comprend le transport en car depuis Amiens, l’hôtel à Gand (Gravensteen), 2 repas (1 déjeuner et un dîner), entrée au MAC’s Grand Hornu, le carnet de voyage, revue AA.
 
CAUE DE L’OISE : 4 Rue de l’Abbé du Bos 60000 Beauvais-T. 03 44 82 14 14 – 06 10 38 68 10 Mail : carole.dauphin@caue60.com
-MAISON DE L’ARCHITECTURE HAUTS-DE-FRANCE : 15 Rue Marc Sangnier 80000 Amiens – T. 03 22 91 62 04 – Mail : ma.hautsdefrance@gmail.com
belgique2
belgique1
PRESENTATION (voir programme illustré ci-joint) : 
Ce séjour, avec le concours de plusieurs intervenants, propose des réalisations soigneusement choisies dans l’objectif de les « lire »  mais aussi de les « interroger ».
Nous aborderons certaines questions telles que : 
- quel est l’apport d’une réalisation (architecturale ou paysagère) dans un milieu ?
- dans les lieux entre les édifices urbains, quel usage des vides ?
- au-delà de porter et franchir, qu’apporte une structure en terme d’usage (intérieur / extérieur) ?
- à partir d’un matériau, quelle mise en œuvre, quelle exécution afin d’obtenir une matérialité qui ait du sens ?
Le parcours commence par la visite d’un crématorium, construit par Edouardo Souto de Moura, en partie enterré jouant avec l’horizontalité du paysage. Il est blotti au sein d’un cimetière, parc du silence, conçu par Bernado Secchi et Paola Vigano présentant une succession de gradins engazonnés ouvrant une perspective sur la vallée à la porte de Courtrai. À Harelbke, la découverte de la paroisse Sainte Rita (*1 : Visite guidée par l’ingénieur Michel Provost) dessinée par Leon Stijen et Paul De Meyer, belle structure auto-porteuse en béton formant une tente tendue vers le ciel, s’illumine par une source zénithale. Dans le centre ville de Courtrai, après l’apparition de la silhouette du Tacktoren de Stéphane Beel et Lieven Achtergael, ancienne brasserie avec un écran de verre qui émerge des toitures traditionnelles bordant la rivière, nous déambulerons au cœur du béguinage Sainte-Elisabeth et de ses maisons en brique blanchies à la chaux avec un petit jardin clos à l’avant pondéré par une petite extension, patrimoine mondial de l’Unesco. Justesse des échelles. Après le déjeuner, dans les alentours de Courtrai, les œuvres de Juliaan Lampens, maison Van Hove, bibliothèque municipale d’Eke, maison Van Wassenhove et la chapelle Kerselare (*2 : Visite guidée par larchitecte Guido Stegendévoilent les caractéristiques du béton et de l’architecture brutaliste des années 1960/70. Vendredi soir dîner et hôtel sont au cœur de Gand dans un bâtiment flamand du XIXe siècle (http://www.gravensteen.be/fr/). Samedi matin, nous vous proposons de nous aventurer dans l’enceinte communautaire le béguinage Notre-Dame ter Hoyen de Gand pour découvrir l’organisation d’un quartier composé d’une église, d’une centaine d’habitations et d’une prairie. À proximité, l’îlot des logements sociaux Hollainhof s’inspire de cette implantation urbaine. La matinée se poursuit par la reconnaissance de la rénovation d’un site industriel, quai des docks au bord du canal, réalisée par le collectif de designers Rotor qui a transformé les puits désaffectés servant à transférer sable et gravier des camions aux navires. Aujourd’hui, les surfaces blanches des murs de béton sont investies par les graffeurs. Un autre quartier de Gand, réserve la vision de la maison Jos Van Driessche en brique sombre aux joints épais de ciment des années 70, organisée autour d’un patio jardin. Le centre-ville de Gand surprend par la présence d’une halle contemporaine (*3 : Visite guidée par larchitecte Bert Callens) qui s’insère subtilement  tant par son écriture que par la mise en œuvre des matériaux des architectes Robbrecht en Daem et Marie-José Van Hee, un peu plus loin par la bibliothèque De Krook conçue par RCR et Coussée & Goris. Sur le chemin du retour vers Amiens, un arrêt vers Mons au Grand-Hornu, permet la présentation du MAC’s par l’architecte Pierre Hebbelinck.