Recommandations

Le CAUE, dans le cadre de conventions, réalise à la demande de structures intercommunales ou de communes, des plaquettes de recommandations architecturales, urbaines et paysagères exposant les caractéristiques du patrimoine local.

Ces documents sont à destination du grand public, des particuliers, des élus, des professionnels de l’aménagement.

Liste des cahiers/plaquettes de recommandations
Carte des cahiers de recommandations architecturales :

utilisez le bouton info pour cliquer sur le territoire qui vous intéresse. vous pouvez aussi rechercher directement une commune en particulier.

Les matériaux de l’Oise

Le colombage

mat_colombage

 

Le colombage est constitué d’une ossature en pans de bois, le remplissage est réalisé en torchis recouvert d’un enduit de chaux grasse. Les bois sont apparents ou semi apparents, sur un soubassement de brique. Le bois est peint ou traité. La couleur ocre du torchis est typique et contraste avec le bois et le soubassement de brique.

La brique

mat_brique

 

La brique se décline en une grande diversité de teintes. Elle peut être rouge assez soutenu, avec quelques tonalités plus claires. La brique, matériau de construction, est aussi un élément de décoration
de façades. Les modénatures, les baies, les bandeaux, les chaînages
et les corniches sont ouvragés. Les dessins sont souvent géométriques et assez simples, ils sont en saillie par rapport à la façade. On rencontre des façades de brique peinte, notamment en centre ville. La peinture n’est quelquefois appliquée que sur le chaînage, ou avec 2 coloris différents entre le chaînage et la façade.

Les facades composites

 

Ces façades formées de briques comme élément principal utilisent un appareillage de matériaux différents comme la pierre, le silex et le moellon. La teinte « chaude » de la brique met en valeur ces éléments de teintes claires. Le mariage de la brique et de ces matériaux en remplissage ou en décor s’utilise notamment pour les murs de clôture, mais principalement en façade pour les modénatures. Ainsi, les façades de briques présentent des baies ouvragées de pierre, et à l’inverse des maisons en pierre présentent des percements ornés de briques. Bien que présent, le silex n’est pas un élément de construction très utilisé. Il l’est toutefois en remplissage.

Les facades enduites

 

Ces façades sont enduites traditionnellement de plâtre et chaux, régulateur d’humidité des façades anciennes. Ce mélange «
plâtre et chaux » a malheureusement disparu en partie, faisant place à des produits à base de ciment. Ces produits ciments ne rivalisent en rien avec les enduits traditionnels, tant au plan esthétique que pour la garantie de bonne conservation du bâtiment, ne laissant pas « respirer » les murs. Heureusement on voit réapparaître ces produits traditionnels, qu’il est vivement conseillé d’utiliser après un bilan de la façade existante (quand il s’agit de rénovation).

Le clin ou l'essentage

 

L’essantage constitue une des formes de revêtement du pans de bois traditionnellement utilisé en milieu rural. Il existe 2 types de clins ou essentage : horizontal ou vertical il est réalisé en planches régulières clouées présentant un léger recouvrement. Ce matériau vise à la protection de murs en pans de bois et torchis généralement de structure assez mince. Ce mur possède cependant de bonnes qualités thermiques, couvert de clins ou essentage il est bien protégé des intempéries et bien ventilé. Son aspect extérieur est laissé au naturel (traité), lasuré ou peint. Il est essentiel d’utiliser des peintures micro poreuses ou des lasures perméables à la vapeur d’eau, afin de conserver le bois sec et sain. Les façades en essentage sont caractéristiques de la région.

Les murs de pierre

 

Ils sont composés soit de pierre de taille, soit de moellon en remplissage et pierre de taille pour les harpes, soit de pierre et de silex ou pierre et brique. Parfois les moellons sont montés « à pierre sèche », sans joint. Le moellon peut être recouvert d’un enduit lissé.

Les maçonnerie en pierre de taille

 

Les joints sont de faible épaisseur à la chaux grasse et au sable. Leur couleur se rapproche de celle de la pierre; jamais de ciment, ni de joint épais.

Les maçonnerie en moellon

 

D’assises horizontales, les joints sont exécutés au mortier de chaux grasse et sable. Ils épousent la forme du moellon dit à « pierre vue ».

Les murs de silex

 

Le silex est une roche dur à grains très fins allant du jaunâtre au noir, à cassure lisse et éclat vitreux. C’est un matériau non poreux. Il existe deux types de silex , blanc et noir. Le silex blanc est utilisé en moellon brut dans les maçonneries, tandis que le silex noir plus rare, tendre et facile à tailler était réservé pour les décors en damier.
Il est souvent présent dans le soubassement (30 à 80 cm de haut), servant à protéger la construction en pans de bois et torchis des remontées capillaires. Il est aussi utilisé avec de la pierre ou de la brique pour former des murs de clôtures. Ce caillou était taillé au XVIème et au XVII ème siècle, l’attention est portée sur le mortier de rejointoiement.

L'enduit à chaux grasse

Il se présente comme un mortier clair, blond, solide et ne se faîence pas. Il est coloré par le sable du pays ou des colorants naturels.

Conseils pour une réhabilitation
• Lors d’un rejointoiement, respecter la nature, l’épaisseur et la coloration des joints retrouver l’aspect d’origine sur l’ensemble du mur (produit prêt à l’emploi ou mélange de sable, chaux, ciment blanc).
• Pour une reprise de maçonnerie, remplacer les matériaux par des blocs de même nature et teinte que l ‘existant (ex mortier de reconstitution).
• Ne pas utiliser des briques « léopard » teintes mélangées jaune au brun violet.
• Certains moellons gélifs doivent être protégés par un enduit à base de chaux. Si les pierres sont de bonne qualité, on peut réaliser un enduit à pierres vues.
• Préférer la réalisation d’un enduit de finition lissée pour éviter les salissures ;
• Sur les anciennes maçonneries, les enduits imperméables (de type plastique ou non microporeux), la pliolite, le ciment sont à proscrire.
• Pour un choix esthétique, brique ou pierre peuvent être recouvertes d’un lait de chaux, d’un badigeon ou d’un produit similaire (peinture à phase aqueuse).
• Nettoyer la pierre ou brique d’une façon non abrasive pour préserver le calcin. A la fin d’un rejointoiement, laver les briques avec l’eau acidulée.
• Utiliser les hydrofuges de surfaces avec précaution, ils sont rarement nécessaires.
• Si l’enduit est assuré, décollé ou taché, le reprendre par un piquage et une préparation du support.
• Sur le bois, l’application de vernis et de peintures étanches à la vapeur d’eau est à proscrire. Pour rénover, il faut décaper, poncer, gratter, remplacer les pièces défaillantes avant de repeindre.