Mare en tant que bassin d’orage

Les bassins d’orage ne sont pas systématiquement identifiés comme des mares, et pourtant, par leurs dimensions et leur fonctionnement, ils en possèdent tous les critères.

Le terme est cependant peu employé par les techniciens car il possède une connotation ordinaire liée à la boue.

Ce type de mare est couplé aux zones imperméabilisées (hangars, usines,…). Son rôle est de réguler les eaux de pluies afin de ne pas engorger les réseaux de collecte. Il a été rendu obligatoire suite à la loi sur l’eau qui spécifie qu’on ne doit pas nuire aux dispositifs d’assainissement.

Situées dans des zones d’activités, ces mares sont souvent vues comme des contraintes. Elles sont généralement placées au fond de la parcelle où on essaye, dans le meilleur des cas, de les oublier derrière une haie.

Nota bene : le terme de bassin d’orage s’applique aussi aux bassins de collecte des eaux ayant ruisselé sur la voirie ou un parking. Mais dans ce cas, la pollution que cela implique (hydrocarbures, métaux lourds,…) demande un traitement particulier que nous détaillerons dans le cadre de la mare de route.


Usine Poclain, Verberie (60)
Photo CAUE 60

Zone commerciale
Photo www.neydens.fr

Zone commerciale
Photo www.neydens.fr

En zone d’habitat dense
Photo Conseil Général 93

 

Les plus :

Dans les cas où un aménagement naturel des berges a été effectué, ces mares concentrent une grande diversité végétale, les espèces plantées se mêlant le plus souvent à celles installées naturellement. De plus, si elles ne sont que rarement mises en valeur, leur situation dans des zones de passage (zones d’activité, usines,…) en fait des lieux qui, s’ils étaient considérés différemment, pourraient facilement revaloriser l’espace dans lequel ils se trouvent.

 

Les moins :

De par sa nature, ce type de mare connaît d’importantes variations du niveau d’eau Le choix des plantes doit donc faire l’objet d’une attention particulière. La contrainte majeure de ces bassins se trouve du côté de leurs berges souvent abruptes à cause du manque d’espace. Cela rend leur aménagement délicat, surtout quand la solution des bâches plastiques a été retenue, écartant toute possibilité d’une installation naturelle de la végétation.